La sculpture de figurine

 


Je travaille avec de la résine fimo. Il s’agit d’une matière qui se modèle comme de la pâte à modeler classique et qui durcit par cuisson à 120°C dans un four traditionnel. Pour ce qui est de l’outillage, j’ai commencé avec celui ci-dessous :



• Un pinceau à pochoir pour réaliser des effet de sable ou de terre sur les socles, en tapotant la résine avec.
• une grosse aiguille pour les premiers détails.
• une aiguille plus fine pour les détails les plus fins.
• des perles de verres pour faire les yeux, ce qui permet de travailler très finement le regard, l’expression des sourcils, etc…
• un ébauchoir (petit outil muni de 2 têtes rondes en métal, facilement trouvable dans les boutiques de loisir créatifs), pour les creux et les petits détails de lissage.
• des cure-dents et de brochettes en bois pour les éventuelles armatures. Je les trouve plus pratique que le fil de fer fin, en particulier lorsque je dois découper mes figurines, pour les besoins du mouliste et du packaging.
J’ai complèté cette panoplie avec des outils de modélisme en métal, ainsi que de petites limes fines et une mini-perceuse multifonction.


Pour réaliser une figurine, je commence par faire un ou plusieurs croquis du personnage. Si nécessaire, je fais appel à un modèle, afin de comprendre parfaitement ma forme, mais aussi dans le but de toujours faire des visages différents. Pour les dragons, une solide documentation sur les reptiles et les poissons remplace favorablement le modèle, introuvable de nos jours.



Cela fait, pour un dragon, je commence à ébaucher la forme de ma figurine, sans aucun détail, juste la masse du corps, des membres, cou et tête, et éventuellement le volume du socle.
J’insère dans la tête deux perles de verre pour les yeux, et je lisse le tour de l’œil à la grosse aiguille. Je creuse les méplats du crâne avec l’ébauchoir, et je travaille ainsi tout le corps au fur et à mesure. Je plante souvent un cure-dent dans la figurine, ce qui me permet de la manipuler plus facilement.
Enfin, je fouille les détails les plus fins avec l’aille fine.

Je termine en plaçant le dragon sur un carrelage bien lisse et je fignole la base du socle qui sera ainsi bien nette et droite.
Autre avantage, la résine fraîche colle légèrement sur le support, mais se détache aisément une fois cuite. La fimo permet plusieurs cuissons, et pour les plus grandes pièces, je réalise la figurine en plusieurs fois, la tête et les épaules d’abord, puis j’ajoute le corps et la base des membres pour finir par les pattes/mains/pieds et les finissions du socle.
Pour plus de détails et pour tout ce qui concerne les moules, je vous conseille tout particulièrement le site Ijam, très bien expliqué...


 

 

 

© Sophie Guilbert 2004 - Mentions l égales